Sélectionner une page

Communiquer par le dessin

En janvier 2016, je suis partie 3 mois en voyage pour découvrir la Chine, et plus particulièrement la vie pékinoise, dans le cadre d’un projet un peu ambitieux de roman graphique.

Si l’idée était séduisante dans mon esprit, j’avais aussi parfaitement conscience des difficultés qu’impliquerait ce genre de périple, car il faut bien le faire remarquer : mes capacités linguistiques en mandarin sont proches du néant. Devant cet obstacle évident, j’ai repensé à des réflexions que je m’étais faites pendant mon enfance, face à mon grand-père atteint de cécité. J’ai réalisé à cette période que la communication était un enjeu complexe, pour lequel nous ne disposions pas tou.te.s des mêmes outils, ceux-ci dépendant de notre éducation, de notre environnement, de nos capacités physiques, cognitives, etc.

 

carte à jouer vente jeu de cartes illustrées cadeau de noel dessins sans gluten blog bd valet trefle   carte à jouer vente jeu de cartes illustrées cadeau de noel dessins sans gluten blog bd valet coeur    carte joker illustration illustrée renard sceptre fou    carte joker illustration illustrée renard sceptre fou

 

J’ai établi une liste (non exhaustive et très personnelle) de nos principaux moyens de communication, avec leurs portées et leurs limites :

  • Le langage oral : Le plus usité depuis notre naissance pour la grande majorité des personnes, permet une compréhension précise et immédiate ainsi qu’une réponse rapide de notre interlocuteur.trice. Les limites : excluant pour les personnes atteintes de troubles du langage, ou de l’audition, ou les personnes ne parlant pas la même langue.
  • L’écriture : Même qualité de précision que le langage oral, mais beaucoup mois immédiat. Les limites : excluant pour les personnes ne sachant pas la déchiffrer, que ce soit par souci d’éducation (langue étrangère, braille, morse, analphabétisation, etc), ou à cause de capacités restreintes (cécité, troubles cognitifs, etc). D’ailleurs, connaissez-vous 
  • Le dessin / l’image : Inhabituel dans le cadre d’une conversation entre deux personnes, le langage par l’image ne permet pas toutes les précisions du langage écrit ou oral (essayez donc de dessiner la vitesse de la lumière, pour voir), mais peut être partagé avec des personnes du monde entier, en dépit de leur langue ou de leur éducation. Les limites : excluant pour les personnes atteintes de cécité, loin d’être immédiat, pas toujours précis, difficile de répondre si l’on ne sait pas dessiner.
  • Le langage des signes : Utile pour communiquer sans langage oral, et permet la même compréhension précise et immédiate que celui-ci. Les limites : très excluant puisque très peu connu du grand public, ne permet pas de dépasser la barrière de la langue (pour le moment en tout cas), ne permet pas de communiquer avec des personnes atteintes de cécité.

Comme le disait Maïté, 6 ans : « Si mamie elle devient sourde et papy il est aveugle, et bah on sera pas dans la merde. »

Consciente que, comme souvent, il n’y a pas de solution miracle et qu’il faut composer avec les défauts et avantages de chaque possibilité, j’ai choisi de travailler avec le moyen de communication qui m’est apparu comme le plus évident pour ces 3 prochains mois à l’étranger : le dessin.

 

Et puisque je risquais franchement de m’emmerder si ça ne fonctionnait pas, j’ai décidé de le faire sous la forme d’un jeu de cartes (pour jouer au solitaire et joindre la solitude à l’agréable) :

dessins sans gluten blog bd publication quotidienne cartes illustration carreau

 

dessins sans gluten blog bd publication quotidienne cartes illustration

 

cartes illustrées card desk illustration dessins sans gluten

 

cartes illustrées card desk illustration dessins sans gluten trefle

 

Ce jeu a effectivement été l’un des principaux outils de communication dont j’ai disposé lors de mon voyage, l’intégralité des 52 cartes représentant des objets, personnages, situations, bref, des choses dont j’aurais pu avoir besoin durant mes 3 mois de balade. À côté de ça, j’ai également réalisé une illustration un peu plus poussée pour expliquer mon végétarisme aux restaurateurs.trices pékinois.es.

Bien sûr, une grande partie des cartes n’étaient pas utiles au quotidien (je n’envisageais pas sérieusement de demander « un chat roux avec une couronne », pas par manque d’envie, mais parce que je craignais d’être déçue), mais dans l’idée, j’ai préféré représenter un panel assez large de choses, parce qu’on ne sait jamais, parce que j’avais 52 illustrations à réaliser, et tout simplement parce que ça me faisait très plaisir de travailler sur ce genre de petites scènes.

Le jeu a été tiré à une trentaine d’exemplaires, quasiment tous écoulés, mais si vous souhaitez faire un cadeau de qualité à votre tata Yvette, vous pouvez toujours m’en commander un.

 

jeu de cartes illustré blog bd illustration card desk